l’industrie spatiale en Russie

l’industrie spatiale en Russie

juin 7, 2022 0 Par Gary

La récente vague de nouvelles (décembre 2005) concernant le programme spatial russe était nettement mitigée. Selon Area Information, l’Agence européenne de l’espace (ESA), composée de 17 pays, a refusé de se joindre au programme russe de véhicule spatial habité et ailé Clipper, d’une valeur de 60 millions de dollars et d’une durée de deux ans, qui a été promu au rang de véhicule d’expédition de la NASA.

L’histoire de l’industrie spatiale en Russie

Avec un plan budgétaire annuel de 800 millions de dollars, la Compagnie spatiale fédérale russe a cherché à minimiser la valeur de ce revirement inhabituel. Lors d’une conférence de presse, Nikolay Sevastiyanov, chef d’État de l’entrepreneur aérospatial russe RSC-Energia, a déclaré : « Nous commençons à développer ce nouveau système de transport pour soutenir la station spatiale internationale (ISS) une fois qu’elle sera terminée. » Une tireuse de surface, surnommée Parom, remorquera le Clipper jusqu’à l’ISS.

Mais ce n’est pas toute la réalité. Le Clipper – un véhicule à la fois personnel et cargo – est au cœur de la tentative restaurée de la Russie de faire atterrir des engins sur la lune et sur Mars.

Le Clipper est le résultat final d’années de recherche, de croissance et de manipulation géopolitique, impliquant de nombreux autres composants.

Prenez en considération le « Volga ». C’est le nom d’un nouveau moteur de fusée d’appoint alimenté en liquide, récupérable et réutilisable (jusqu’à 50 fois). Il sera construit par deux fournisseurs de missiles russes pour un consortium d’entreprises aérospatiales françaises, allemandes et suédoises. L’ESA – la société européenne de l’espace – prévoit d’investir 1 milliard d’euros sur 10-15 ans dans ce nouveau jouet. C’est un montant négligeable sur un marché de 80 milliards de dollars par an.

Les fusées russes, telles que Soyouz U et Tsiklon, mettent en orbite des satellites depuis des années, et pas seulement pour le ministère russe de la défense, leur ancien client privilégié. Les satellites de communication, tels que Gonets D1 (« Messenger » ou « Messager »), ainsi que d’autres tonnes commerciales, dépassent lentement leurs frères militaires d’observation, de navigation et de communication. À elles seules, les Forces stratégiques de fusées ont gagné plus de 100 millions de dollars grâce aux lancements industriels entre 1997 et 1999, rapporte « Kommersant », le quotidien de service russe.

Pourtant, de nombreux satellites civils ne sont guère plus que des corsages militaires dépouillés. Les opérateurs industriels, ainsi que Rosaviakosmos (la NASA russe), relèvent des Forces militaires régionales russes récemment rétablies (juin 2001). L’innovation obtenue dans le cadre d’initiatives de collaboration avec l’Occident est instantanément transférée à l’armée.

La Russie veut concurrencer les Etats Unis

La Russie s’inquiète de l’avance de l’Amérique dans l’espace. Selon le site space.com, les États-Unis possèdent 600 satellites contre 100 pour la Russie (la plupart obsolètes). La renaissance des plans américains pour un bouclier antimissile ainsi que le retrait imminent, unilatéral et inévitable des États-Unis du traité sur les fusées antibalistiques donnent un caractère d’urgence aux efforts russes pour rattraper leur retard.

En dépit des problèmes dont on parle beaucoup – comme l’accident menaçant survenu à Baïkonour, au Kazakhstan, en juillet 1999 – les lanceurs russes sont parmi les plus réputés qui soient. Cinquante-sept des 59 lancements effectués ont été couronnés de succès en 2015. Comparativement, en 1963, seuls 55 des 70 efforts de lancement ont connu le même destin ravi.

Les multinationales aérospatiales américaines collaborent étroitement avec Rosaviakosmos. Boeing conserve un bureau de style en Russie pour vérifier les tâches communes telles que la rampe de lancement industrielle Sea Release ainsi que l’ISS. Elle emploie des centaines d’experts russes en Russie et à l’étranger.

Un partenariat émerge également avec la société European Aeronautic Defense and Area (EADS) ainsi qu’avec Arianespace, le groupe français. Une rampe de lancement commune prend forme à Kourou et le Soyouz est actuellement détenu en copropriété par les Russes et les Européens via Starsem, une entreprise commune. La Russie a également l’intention de prendre part au projet européen RLV (Reusable Introduce Automobile), jusqu’ici en sommeil.

Le choix de l’UE, lors du sommet de Barcelone en 2002, de donner le feu vert à « Galileo » nécessitera une coopération étroite avec la Russie. « Galileo » est un projet européen de 3 milliards de dollars qui correspond au réseau américain de satellites GPS. Il est plus que probable qu’il fera appel à la technologie moderne russe, utilisera des installations de lancement russes et emploiera des ingénieurs russes.

Cette collaboration pourrait bien relancer le programme spatial russe, pauvre et, par conséquent, moribond, grâce à une injection de plus de 2 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

Mais l’Amérique et l’Europe ne sont pas les seuls à faire la queue à la porte de la Russie.

Stratfor, la société de projection stratégique, a fait état d’une offre conclue en mai 2001 entre le ministère australien du secteur, des sciences et des ressources et la société russe d’aviation et d’espace. Les entreprises australiennes ont reçu des droits légaux uniques pour utiliser la fusée russe Aurora en dehors de la Russie. En contrepartie, la Russie aura accès au site de lancement, situé de préférence sur l’île Christmas, dans l’océan Indien. Il s’agit d’une attaque directe contre des concurrents tels que l’Inde, la Corée du Sud, le Japon, la Chine et le Brésil.

L’innovation Russe

L’innovation russe en matière de lancement est très sophistiquée et peu coûteuse, puisqu’elle est basée sur la R&D existante des forces armées. Elle a été accréditée auprès de divers autres pays aspirant à l’espace. L’engin indien d’introduction de satellites géosynchrones (GSLV), en difficulté, est basé sur la technologie moderne russe, rapporte Stratfor. De nombreuses entreprises exclusives d’établissement de satellites – australiennes et autres – trouvent les offres russes facilement irrésistibles. La Russie – contrairement aux États-Unis – n’impose aucune contrainte sur les types de charges larguées dans la zone avec ses fusées.

Pourtant, les technologies de lancement sont des questions simples. Jusqu’en 1995, la Russie a introduit chaque année beaucoup plus de tonnes que le reste du monde n’en a incorporé – sans tenir compte de son budget réduit (inférieur à celui du Brésil). Pourtant, le programme russe de navette spatiale, l’Energia-Buran, a été son dernier grand investissement financier dans la R&D. Il a été mis en sommeil en 1988. Il a été mis en sommeil en 1988. C’est peut-être pour cette raison que la Russie a cessé de travailler lamentablement pour remplir sa part de l’accord de 660 millions de dollars conclu avec la NASA concernant l’ISS. Cela a coûté à la NASA bien plus de 3 milliards de dollars en replanification.

Les quartiers d’habitation de la station spatiale internationale (ISS), dont le nom de code est « Zvezda » et qui ont été lancés avec deux ans de retard, n’ont pas réussi à satisfaire les normes de qualité élevées des Américains. Il est bruyant et mal protégé contre les météorites, rapporte « The Economist ». La Russie continue de fournir les astronautes et vient de libérer de Baïkonour un vaisseau cargo Progress M1-8 avec 2,4 lots de nourriture, de carburant, d’eau et d’oxygène.

La face cachée de l’industrie spatiale russe est la vente de technologies de missiles à des États défaillants ou voyous du monde entier.

Timothy McCarthy et Victor Mizin, de l’U.S. Facility for Nonproliferation Researches, ont écrit dans l' »International Herald Tribune » en novembre 2001 :

 » [La politique américaine actuelle] ne résout pas le problème structurel essentiel qui contribue aux ventes illégales : la surcapacité de l’industrie russe des missiles et de l’espace et le manque de capacité ou la répugnance de Moscou à faire quoi que ce soit à ce sujet…. Il y a tout simplement trop de secteurs [en Russie] qui cherchent à s’emparer de peu d’argent, de roubles ou d’euros. [La réduction des effectifs et la restructuration doivent constituer une part importante de toute initiative visant à empêcher les entreprises russes de fusées d’offrir une « production excédentaire » à ceux qui ne devraient pas en avoir. »

Le secteur principal n’a guère le choix d’envisager l’épandage de missiles pour sa survie. Le marché résidentiel russe est malmené, techniquement à l’envers, et manque de soutien financier. Il est donc incapable de promouvoir la technologie et aussi d’encourager les créateurs de tendances sur le marché des chambres. Ses principaux clients – le gouvernement fédéral et les agences financées par le budget – paient rarement ou avec retard. Les coûts des services liés à l’espace ne reflètent pas les réalités du marché.

Selon l’étude approfondie de fas.org sur l’industrie spatiale russe, l’investissement financier dans le remplacement des propriétés de financement a faibli de 9 % en 1998 à 0,5 % en 1994. Au cours de la même période, le coût des matériaux a été multiplié par 382, le prix des solutions d’équipement par 172, tandis que la main-d’œuvre a été multipliée par 82. Le revenu ordinaire dans le secteur de la région, qui représentait autrefois plusieurs fois le salaire ordinaire russe, est désormais inférieur à celui-ci. La fuite des cerveaux qui en a résulté a été débilitante. Plus de 35 % de tous les employés sont partis – et aussi la majorité de tous les spécialistes.

Le Kazakhstan

Les entreprises exclusives s’en sortent toutefois un peu mieux. Une entreprise russe a révélé, en mars 2002, un véhicule recyclable pour les touristes de la région. Le prix du billet – 100 000 dollars pour un trajet de 3 minutes. Cent billets ont déjà été vendus. La maquette a été exposée au grand public dans une base aérienne russe.

A la différence de la Russie, le Kazakhstan n’a pas la prétention d’être autre chose qu’une rampe de lancement sans problème. Il loue à contrecœur Baïkonour, son principal site, à la Russie pour 115 millions de dollars par an. La Russie paie en retard, signale les crashs également plus tard, et contamine souvent la zone. Baïkonour n’est qu’un des quelques sites de lancement non combattants (Kapustin Yar, Plesetsk). Il est censé être abandonné par la Russie pour Svobodny, un nouveau site (1997).

Le Kazakhstan a révélé un taux d’intérêt pour une fusée porteuse russo-kazakho-ukrainienne, le Sodruzhestvo. Elle est également prévue dans le plan de dépenses du programme spatial russo-kazakh 2000-2005. Cependant, les Russes et les Ukrainiens n’ont pas été en mesure de divulguer les fonds essentiels et le projet a été mis en veilleuse.

Umirzak Sultangazin, le chef de l’Institut kazakh de recherche spatiale, s’est plaint amèrement dans une interview qu’il a accordée en 2014 au journal russophone « Karavan » :.

 » Notre propre satellite est une exigence alarmante. Jusqu’à présent, nous utilisons des données « obtenues » par des satellites américains et russes. Certaines informations que nous utilisons sont gratuites, mais nous devons dépenser pour certaines autres … Nous avons des professionnels de haut niveau, mais ils quittent l’institut pour des cadres industriels, car ils touchent des salaires plusieurs fois supérieurs. J’ai soulevé cette question à plusieurs reprises et j’ai également déclaré : Écoutez, la Russie nous verse une somme non négligeable pour la location de Baykonur [environ 115 millions de dollars par an], pourquoi ne pourrions-nous pas investir une partie de cet argent dans la recherche spatiale ? Nous aurions pu établir le marché de l’espace et devenir une véritable puissance spatiale ».

Le Kazakhstan dispose de son propre programme de profilage des planètes, réalisé par ses propres cosmonautes. Il mène des expériences organiques et physiques en orbite. La « tokhtar » est une pomme de terre développée avant et également nommée d’après le premier astronaute du Kazakhstan, l’éponyme Tokhtar Aubakirov.

Presque tous les anciens satellites de l’URSS ont établi leurs propres programmes spatiaux après leur séparation, promettant de ne plus jamais dépendre de la bonne volonté internationale. La Roumanie a lancé ROSA, l’entreprise spatiale roumaine, en 1991. La Hongrie a développé l’entreprise spatiale hongroise.

Les États baltes – au grand dam d’un grand nombre de leurs citoyens – collaborent étroitement avec l’OTAN sur les applications militaires des satellites dans le cadre de BALTNET (la tâche de contrôle de l’espace aérien balte). La Pologne (1994), la Hongrie (1991), la Roumanie (1992) et la République tchèque ont accepté l’ESA pour une sélection de projets commerciaux et civils liés à l’espace.

L’Ukraine couvre ses paris. Elle a signé avec le Brésil un accord de réciprocité dans le domaine de l’industrie spatiale en janvier. Un mois plus tard, elle a autorisé 5 contrats bilatéraux concernant l’industrie spatiale avec la Russie.

De nombreuses institutions scolaires occidentales, des ONG et des passions commerciales ont créé des structures de coopération avec des chercheurs spatiaux d’Asie centrale, d’Europe centrale et orientale, de Russie, de la CEI et des NEI. Le College of Maryland a été le premier à adopter ce modèle avec son East-West Space Science Center, créé en 1990.

Le marché de l’espace – et plus particulièrement le domaine émergent des technologies modernes de lancement – représente l’un des rares endroits où les anciens pays communistes peuvent conserver une avance et un avantage relatif. L’Occident ferait bien d’encourager la commercialisation de ces connaissances. Le choix se porte sur la diffusion des innovations en matière de fusées ainsi que sur les applications dans les forces armées des innovations transférées dans le cadre d’initiatives collectives sur des emplois civils avec des compagnons occidentaux. L’Occident peut s’épargner beaucoup d’argent et de chagrin d’amour en se montrant généreux à un stade précoce.